Un jardin qui chante

Les premières récoltes ont démarré! Vous pouvez retrouver nos produits dans les points de vente suivants de Belleville-en-beaujolais:
– La vie claire
– Saveur nature

Un jardin qui chante, c’est le projet d’une micro ferme en permaculture, située à Belleville-sur-Saône. Sur un terrain d’un hectare, une partie est dédié au maraîchage bio intensif : légumes, aromatiques, fleurs, et l’autre partie est conduite en « jardin-forêt ». L’objectif global est de:

  1. Valider la viabilité économique de ces nouveaux paradigmes agricoles, durables et respectueux de l’environnement;
  2. Concevoir un modèle de micro-ferme réplicable sur tout le territoire, et notamment au plus proche des villes.

Pour cela, nous nous appuyons grandement sur les travaux de la ferme du Bec Hellouin, auxquels nous tâchons d’apporter certaines innovations.

Pratiques culturales

Permaculture

Nous cultivons avec un ensemble de pratiques durables: paillage des sols, absence de labour, diversification des cultures et des variétés, plantation de haies, créations de marre, installation de nichoirs… Il s’agit de favoriser la vie sous toutes ses formes plutôt que de lutter contre.

Bio-intensif

La culture bio intensive vise à optimiser les plantations dans l’espace et le temps: les légumes poussent proches les uns des autres, se succèdent rapidement à un même emplacement, et sont étagés. Cette pratique culturale, nécessitant précision et délicatesse, est réalisée manuellement. Le résultat est un rendement au m² jusqu’à dix fois supérieur à l’agriculture mécanisée. Sur les 9/10 restants nous pouvons planter des arbres: la fameuse forêt jardin

Forêt jardin

Aussi appelée forêt comestible, nous y plantons de manière dense des arbres, arbustes, lianes, et plantes vivaces comestibles ou utiles pour la fertilité de l’ensemble. C’est un espace de grande bio-diversité et forte résilience.

Ce qui résulte de ces pratiques est un espace productif et vertueux, où il fait bon vivre, travailler et se balader. C’est un refuge pour la faune et la flore, et c’est également un puits de carbone. C’est aussi, pour nous, un moyen de réconcilier l’homme et la nature.

Innovation

Les innovations visent à rendre notre micro-ferme réplicable, c’est à dire que l’on puisse facilement copier son modèle ailleurs en atteignant rapidement la viabilité économique. L’enjeu étant de permettre à nos pays de changer de pratiques agricoles au plus vite.

La coopérative de temps

Le premier frein à une multiplication des fermes permacoles, où le travail est essentiellement manuel, est le manque de main d’oeuvre: la France compte aujourd’hui 0,7% d’agriculteurs. Même si la permaculture attire de nombreuses personnes, désireuses de retrouver du sens et un lien avec la nature, peu sont prêtes à sauter le pas pour créer leur propre ferme, tant les freins sont nombreux:

  • Chute des revenus
  • Éloignement de la vie citadine
  • Disparition du temps libre
  • Forte sollicitation du corps

Face à ce constat, notre souhait est de permettre à chacun de venir travailler dans une ferme proche de leur agglomération à temps partiel (minimum 1 jour/semaine), en y étant rémunéré. Il devient ainsi possible d’entamer un retour progressif et/ou partiel à la terre. Notre équipe est constituée de cette manière:

  • Aymeric et Romaric sont en reconversion pour devenir maraîchers à temps plein, ils pilotent la micro-ferme
  • Billy, Camille, Claire et Clément viennent travailler à la ferme 1 jour/semaine, et conservent leur autre emploi 4 jours/semaine. C’est ce qu’on appelle la “coopérative de temps

Rémunérer des personnes non expérimentées (et donc moins efficaces que des maraîchers de métier) reste un défi pour la viabilité économique de la ferme. Pour y parvenir, nous innovons sur le petit outillage et l’organisation afin de gagner en efficacité.

Le foncier

L’objectif est de créer des micro-fermes au plus proche des villes, pour répondre aux besoin de commercialisation et de main d’oeuvre. L’accès au foncier étant déjà compliqué, nous devons être le moins exigeant possible concernant le choix des terrains :

  • Une petite surface (3000m² minimum) nous convient grâce aux hauts rendements surfaciques des techniques “Bio-intensives”.
  • Cultiver sur de petites surfaces nous autorise à amender sur plusieurs dizaines de centimètres notre terrain, et nous permet de démarrer sur des terres peu fertiles.
  • Nous n’avons pas besoin de corps de ferme. Tous les bâtis sont légers et amovibles: container de stockage + serre.
  • Enfin, l’irrigation : La présence d’eau souterraine suffisamment proche pour le pompage est un critère trop contraignant. Se baser sur le pompage est également devenu peu durable avec l’accroissement des sécheresses et des restrictions d’eau qui les accompagnent. Pour ces raisons nous voulons montrer qu’il est possible d’irriguer une micro-ferme uniquement avec la récupération et le stockage de l’eau de pluie. Les pratiques culturales en permaculture s’y prêtent particulièrement car elles sont peu gourmandes en eau.

Contact

Le lieu

Belleville-sur-Saône est à 30 minutes en TER de Lyon, à 15 minutes en TER de Mâcon. Le terrain est situé à 10 minutes à pied de la gare de Belleville-sur-Saône.

Vous êtes intéressé pour participer à ce projet, d’une manière ou d’une autre? Contactez-nous 🙂